26/03/2016

Perte de contrôle

La Sécurité routière a lancé samedi une nouvelle campagne choc avec un film consacré aux motards et une étude montrant qu'en cas de freinage d'urgence, "une moto parcourt trois mètres de plus qu'une voiture à 50 km/h".
A l'approche des beaux jours, qui voient traditionnellement augmenter le nombre d'accidents chez les motards, la Sécurité routière a voulu alerter "les conducteurs de deux-roues motorisés qui représentent près de la moitié des blessés graves et un quart des décès", selon un communiqué.
Comme dans un premier clip diffusé en janvier et consacré à la voiture, ce second film intitulé "Perte de contrôle" s'attache à montrer l'impact ravageur de l'accident, qui va toucher le conducteur mais frapper aussi tous ses proches, en une violente "onde de choc".
"Sur cette route qu'il connaît, Maxime se sent en sécurité. Mais cette fois, un animal va surgir. C'est sans douleur qu'il se réveillera à l'hôpital, jusqu'à ce que sa mère lui annonce sa tétraplégie", raconte le narrateur, tandis qu'à l'écran, l'embardée d'un sanglier désarçonne le motard, projeté dans l'air nocturne où s'entrechoquent les débris mais aussi les corps de la mère, du père, de l'épouse de l'accidenté, une image forte qui décrit le choc de toute une famille.
En 2015, 768 personnes ont été tuées et 11.000 blessées gravement à deux-roues motorisés. Des accidents survenus essentiellement "lorsque le motard se sent en confiance, de jour, par beau temps et en rase campagne", souligne la Sécurité routière, qui diffuse ce film à la télévision et sur les réseaux sociaux et a aussi lancé deux spots radio.
"Pour contrer l’idée reçue selon laquelle une moto freine sur une distance plus courte qu'une voiture à la même vitesse", la Sécurité routière dévoile les résultats d’une étude du Cerema, un centre d'études et d'expertise sur les risques, et de l'Utac-Ceram (Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle).
Cette étude, qui se base sur des comparaisons entre une moto Yamaha MT07 et une Renault Clio, révèle "un temps de perception-réaction identique entre le motard et le conducteur de la voiture pour le freinage d'urgence", mais "une distance de freinage plus longue pour la moto: 3 mètres à 50 km/h et 7,5 m à 90 km/h".
La Sécurité routière relève par ailleurs que les excès de vitesse des motocyclistes "sont plus nombreux chez les jeunes (entre 18 et 25 ans) et les quinquagénaires", les plus jeunes commettant "les plus grands excès de vitesse".
En 2015, au total, 3.464 personnes ont été tuées sur les routes, une mortalité en hausse pour la deuxième année consécutive

29/01/2016

Onde de choc

"Derrière chaque victime de la route, il y a des victimes dans la vie."
Un accident, c'est une onde de choc qui impacte, et pour longtemps, les vies de nos familles, de nos amis, de nos collègues. Un Français sur deux connait un proche touché par un accident de la route, soit 23 millions de personnes, et un Français sur trois en a lui-­même été victime. Un film de Bruno Aveillan (Quad) pour la Sécurité routière, met en scène cette onde de choc sur une composition musicale de Mirwais. Il appelle à en prendre conscience, et à changer nos  comportements, afin de rendre la route plus sûre, pour notre entourage comme pour nous.

J’agis sur http://www.routeplussure.fr/
Je retrouve la Sécurité routière sur Facebook : https://www.facebook.com/S%C3%A9curit...
Et sur Twitter : https://twitter.com/RoutePlusSure #TousTouchés
Ou sur la communoté G+ Sécurité Routière

01/01/2016

Les nouvelles mesures

LES 22 MESURES
Mesure 1
Multiplier par quatre le nombre des zones sécurisées par des dispositifs de contrôle automatisés, en installant notamment des radars « leurres » : il s’agit de créer des zones de contrôle de la vitesse, toujours signalées par un panneau, au sein desquelles des radars seront susceptibles d’être ou non présents.
Mesure 2
Augmenter, dans les meilleurs délais, l’utilisation des radars embarqués dans des véhicules banalisés, en confiant leur mise en oeuvre à des prestataires agréés, sous étroit contrôle de l’Etat.
Mesure 3
Développer et augmenter le nombre d’infractions constatables par les radars multifonctions (feux-rouges, vitesse, discriminants par type de véhicule, respect des distances de sécurité, détection des dépassements dangereux, franchissement de ligne continue, etc). A cet effet, le plafond du nombre des radars sera augmenté de 4 200 à 4 700, à échéance de 3 ans. Chaque
implantation nouvelle de radars fera, comme c’est toujours le cas, l’objet d’une étude approfondie de l’accidentalité du site.
Mesure 4
Augmenter la proportion, au sein du parc, des radars autonomes déplaçables, en portant leur nombre à 250 fin 2016.
Mesure 5
Expérimenter l’utilisation de drones au service de la sécurité routière. Expérimenter l’utilisation des systèmes de lecture automatisée des plaques d’immatriculation pour lutter contre le défaut d’assurance des véhicules.
Mesure 6
Étendre le nombre des infractions pouvant être constatées sans interception en bord de route (vidéoverbalisation, ou radar automatisé avec envoi d’une contravention), en commençant par le non-port du casque.
Mesure 7
Elargir les possibilités de recours à l’éthylotest antidémarrage (EAD) sur décision judiciaire et le permettre sur décision préfectorale pour les contrevenants d’habitude.
Mesure 8
Augmenter le nombre de contrôles des conduites sous stupéfiant : la prise de sang en milieu médical, consommatrice de ressources humaines des forces de l’ordre, sera remplacée par un test salivaire de confirmation, effectué au bord de la route.
Mesure 9
Afin de dissuader la conduite sous l’emprise de stupéfiants, permettre aux officiers de police judiciaire et, sous leur contrôle, aux agents de police judiciaire, de prendre l’initiative de contrôles aléatoires de stupéfiants.
Mesure 10
Lutter contre la conduite avec un faux permis ou avec un permis falsifié, par la création d’un délit spécifique permettant la confiscation du véhicule.
Mesure 11
Lutter contre le défaut d’assurance :
- en rendant obligatoire la présentation de l’attestation d’assurance lors de l’immatriculation du véhicule ou du retrait d’un véhicule mis en fourrière ;
- en créant un fichier des véhicules assurés, consultable lors du contrôle automatisé de la vitesse ou par les lecteurs automatiques de plaque d’immatriculation des forces de l’ordre (LAPI), afin de détecter les véhicules non-assurés en circulation.
Mesure 12
Améliorer l’accompagnement des victimes des accidents de la circulation et de leurs familles et faciliter leur indemnisation :
- en permettant une prise en charge immédiate et efficace des victimes dès l’ouverture de l’enquête ;
- en facilitant l’organisation des audiences correctionnelles dédiées au contentieux routier ;
- en renforçant l’indépendance des experts requis par la justice en matière d’accidents de la route et d’indemnisation du dommage corporel, par la prévention des conflits d’intérêt ;
- en réduisant les délais d’exécution de l’indemnisation des victimes.
Mesure 13
Afin de sécuriser le parc d’occasion et de protéger l’acheteur, instaurer un contrôle technique pour la vente de deux-roues motorisés d’occasion à échéance de deux ans.
Mesure 14
Conditionner la possibilité de conduire une moto de forte puissance (supérieure à 56 CV) à une formation qui ne pourra être effectuée qu’après deux ans de détention du permis moto.
Mesure 15
Afin de limiter les blessures graves, rendre obligatoire le port de gants homologués pour les usagers de deux-roues motorisés.
Mesure 16
Pour protéger les usagers de bicyclette de moins de 12 ans, rendre obligatoire pour eux le port du casque certifié.
Mesure 17
Bâtir à échéance de 2 ans une base de données nationale des vitesses maximales autorisées, en libre accès, enrichie progressivement par l’ensemble des autorités ayant la compétence pour fixer ces vitesses.
Mesure 18
Nouer des partenariats de long terme avec les sociétés qui par leur activité peuvent concourir à la sécurité routière (aide à la navigation, téléphonie mobile…).
Mesure 19
S’agissant des véhicules, promouvoir auprès de l’Union européenne l’obligation progressive d’équipements innovants améliorant la sécurité routière (surveillance des angles morts, dispositifs de freinage d’urgence et systèmes de détection de la dérive de la trajectoire, système visuel et sonore de bouclage de la ceinture sur toutes les places assises, ergonomie des postes de conduite et lutte contre les facteurs de distraction que sont, par exemple, les écrans ou les téléphones…).
Mesure 20
Assurer l’égalité pour tous en matière de respect des règles :
- en créant la contravention de non-révélation de l’identité du conducteur par le représentant d’une personne morale propriétaire du véhicule en infraction (contravention de 4e classe de 650 €).
- par un suivi effectif de la mise en jeu systématique de la responsabilité des agents publics qui commettent une infraction avec un véhicule administratif mis à leur disposition (sauf motif légitime inhérent à la mission).
Mesure 21
Permettre à certains employeurs, en particulier les transporteurs, de connaître la validité ou l’invalidité du permis de conduire de leurs employés affectés à la conduite (à l’exclusion du solde de points et de toute autre donnée personnelle).
Mesure 22
Restaurer l’égalité de traitement entre conducteurs français et étrangers :
- afin d’assurer le recouvrement de leurs amendes, en inscrivant dans un nouveau fichier les conducteurs non domiciliés en France qui n’ont pas payé leurs amendes forfaitaires majorées (AFM) ;
- à court terme, en créant un « permis à points virtuel » pour les contrevenants étrangers lors de leur passage sur les routes françaises,
fonctionnant comme un permis de conduire à points français ;
- en promouvant fortement au plan européen l’adoption d’une législation permettant la reconnaissance mutuelle entre Etats membres du retrait des points et des permis de conduire.
LES MESURES PHARES À RETENIR
- Mise en place des radars leurres et des radars multifonctions d'ici 2019
- Gants obligatoires pour les usagers à motos et scooters (1er janvier 2017)
- Permis moto progressif généralisé : limitation à 35 kW pour tous les nouveaux permis pendant 2 ans et validation par une formation de 7h (d'ici 2 ans)
- Contrôle technique à la revente pour les motos et scooters d’occasion (d'ici 2 ans)
- Obligation de dénoncer le conducteur d’un véhicule de société lors d’une infraction sous peine de voir l’amende majorée à 650 €
- Casque obligatoire à vélo pour les enfants de moins de 12 ans
- Extension de la vidéoverbalisation
- Expérimentation de l’utilisation des drones par la Sécurité routière
- Lutte contre l’alcool et les drogues au volant : éthylotests antidémarrage obligatoires pour les récidivistes ; lors d’un contrôle positif aux stupéfiants, suppression de la prise de sang, remplacée par un deuxième test salivaire, sous la responsabilité des forces de l’odre et non plus du parquet
-Vitres teintée interdites a partir du 1er janvier 2016

23/12/2015

Bienvenue

 BIENVENUE  aux nouveaux membres 2015 !
En effet, la communauté #SécuritéRoutiére a pris un envol en ce début d'année et ceci grâce a vous !
Je vous rappelle pour ceux qui ne savent pas , que cette communauté a été crée par un collégien de 12 ans (à l'époque):  +Guillaume Renou .
Je vous invite  a faire vivre cette communauté par vos posts, vos expériences , vos commentaires et la faire connaitre et la faire
découvrir auprès de vos contacts et amis(es). 
Merci a +Jean-Luc ShadowRidersFrance  d'avoir écrit ce post et de s’occuper de la communauté
basée sur la sécurité routière


30/11/2015

Les nouvelles mesures de C.I.S.R de 2015

 PARIS 2 OCTOBRE 2015


Après douze années de baisse continue, la mortalité routière a augmenté de 3,5% en 2014  
3384 personnes ont perdu la vie sur les routes de France, soit 116 de plus qu’en 2013
, selon les données de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR).
Depuis le début de l’année 2015, cette mauvaise tendance ne s’est pas infléchie. Sur les huit premiers mois de l’année le nombre personnes tuées est en augmentation de 4,6% par rapport à la même période de l’année précédente , ce qui signifie 99 vies fauchées de plus dans un accident de la route. Des chiffres synonymes de vies brisées pour des dizaines de milliers de personnes.
Un
relâchement des comportements des usagers de la route est notamment mis en avant par les experts de l’ONISR pour expliquer la hausse continue de la mortalité routière.
Face à un bilan préoccupant, le Gouvernement a immédiatement réagi. Le 26 janvier dernier, le ministre de l’Intérieur présentait au Premier ministre
un plan d’urgence de 26 mesures pour la sécurité routière, dont 19 ont déjà été mises
en œuvre. 
Ces 26 mesures s’attaquaient à des sujets aussi différents que la lutte contre les dangers du téléphone en conduisant(interdiction des oreillettes et écouteurs en conduisant depuis le 1er juillet), de l’alcool au volant pour les conducteurs
novices (leur alcoolémie maximale est fixée à 0,2 g/l depuis la même date) ou les excès de vitesse (avec, par exemple, l’inauguration d’un nouveau type de radar, le radar autonome). Cet été, le Premier ministre en appelait à la mobilisation collective, à la prise de conscience de chacun et annonçait la tenue prochaine d’un comité interministériel de la sécurité routière (CISR).
Cet engagement est tenu. Le Premier ministre a réuni autour de lui les ministres les plus concernés pour l’adoption d’un plan d’action interministériel en faveur de la sécurité routière particulièrement ambitieux, qui concernera l’ensemble
des Français, mais aussi les conducteurs étrangers qui empruntent notre réseau routier.
Les grands chapitres de cette nouvelle étape pour la sécurité routière sont au nombre de quatre .
Ils englobent à la fois une plus grande fermeté face à des comportements inacceptables, tout en affirmant une approche nouvelle du déplacement routier, qui doit tenir compte des nouvelles technologies mais aussi répondre aux aspirations légitimes
des Français en matière d’acceptabilité et d’égalité devant la règle.
Ces grands titres du CISR renvoient à 22 mesures fortes, comme
l’augmentation des zones de contrôle avec la présence
aléatoire du radar ou la protection des usagers vulnérables
.À ces 22 mesures principales s’ajoutent
33 mesures complémentaires, essentiellement structurelles et d’organisation,
également validées par le CISR.L’objectif fixé reste bien de descendre en dessous des 2000 tués sur nos routes à l’horizon 2020. Il ne pourra être tenu
que si deux éléments indissociables sont réunis: la responsabilité des conducteurs et l’action déterminée des pouvoirs publics
.
                   FICHIER ENTIER   :           Telecharger le fichier