Affichage des articles dont le libellé est afin de faire reculer. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est afin de faire reculer. Afficher tous les articles

26/03/2016

Perte de contrôle

La Sécurité routière a lancé samedi une nouvelle campagne choc avec un film consacré aux motards et une étude montrant qu'en cas de freinage d'urgence, "une moto parcourt trois mètres de plus qu'une voiture à 50 km/h".
A l'approche des beaux jours, qui voient traditionnellement augmenter le nombre d'accidents chez les motards, la Sécurité routière a voulu alerter "les conducteurs de deux-roues motorisés qui représentent près de la moitié des blessés graves et un quart des décès", selon un communiqué.
Comme dans un premier clip diffusé en janvier et consacré à la voiture, ce second film intitulé "Perte de contrôle" s'attache à montrer l'impact ravageur de l'accident, qui va toucher le conducteur mais frapper aussi tous ses proches, en une violente "onde de choc".
"Sur cette route qu'il connaît, Maxime se sent en sécurité. Mais cette fois, un animal va surgir. C'est sans douleur qu'il se réveillera à l'hôpital, jusqu'à ce que sa mère lui annonce sa tétraplégie", raconte le narrateur, tandis qu'à l'écran, l'embardée d'un sanglier désarçonne le motard, projeté dans l'air nocturne où s'entrechoquent les débris mais aussi les corps de la mère, du père, de l'épouse de l'accidenté, une image forte qui décrit le choc de toute une famille.
En 2015, 768 personnes ont été tuées et 11.000 blessées gravement à deux-roues motorisés. Des accidents survenus essentiellement "lorsque le motard se sent en confiance, de jour, par beau temps et en rase campagne", souligne la Sécurité routière, qui diffuse ce film à la télévision et sur les réseaux sociaux et a aussi lancé deux spots radio.
"Pour contrer l’idée reçue selon laquelle une moto freine sur une distance plus courte qu'une voiture à la même vitesse", la Sécurité routière dévoile les résultats d’une étude du Cerema, un centre d'études et d'expertise sur les risques, et de l'Utac-Ceram (Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle).
Cette étude, qui se base sur des comparaisons entre une moto Yamaha MT07 et une Renault Clio, révèle "un temps de perception-réaction identique entre le motard et le conducteur de la voiture pour le freinage d'urgence", mais "une distance de freinage plus longue pour la moto: 3 mètres à 50 km/h et 7,5 m à 90 km/h".
La Sécurité routière relève par ailleurs que les excès de vitesse des motocyclistes "sont plus nombreux chez les jeunes (entre 18 et 25 ans) et les quinquagénaires", les plus jeunes commettant "les plus grands excès de vitesse".
En 2015, au total, 3.464 personnes ont été tuées sur les routes, une mortalité en hausse pour la deuxième année consécutive

30/11/2015

Les nouvelles mesures de C.I.S.R de 2015

 PARIS 2 OCTOBRE 2015


Après douze années de baisse continue, la mortalité routière a augmenté de 3,5% en 2014  
3384 personnes ont perdu la vie sur les routes de France, soit 116 de plus qu’en 2013
, selon les données de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR).
Depuis le début de l’année 2015, cette mauvaise tendance ne s’est pas infléchie. Sur les huit premiers mois de l’année le nombre personnes tuées est en augmentation de 4,6% par rapport à la même période de l’année précédente , ce qui signifie 99 vies fauchées de plus dans un accident de la route. Des chiffres synonymes de vies brisées pour des dizaines de milliers de personnes.
Un
relâchement des comportements des usagers de la route est notamment mis en avant par les experts de l’ONISR pour expliquer la hausse continue de la mortalité routière.
Face à un bilan préoccupant, le Gouvernement a immédiatement réagi. Le 26 janvier dernier, le ministre de l’Intérieur présentait au Premier ministre
un plan d’urgence de 26 mesures pour la sécurité routière, dont 19 ont déjà été mises
en œuvre. 
Ces 26 mesures s’attaquaient à des sujets aussi différents que la lutte contre les dangers du téléphone en conduisant(interdiction des oreillettes et écouteurs en conduisant depuis le 1er juillet), de l’alcool au volant pour les conducteurs
novices (leur alcoolémie maximale est fixée à 0,2 g/l depuis la même date) ou les excès de vitesse (avec, par exemple, l’inauguration d’un nouveau type de radar, le radar autonome). Cet été, le Premier ministre en appelait à la mobilisation collective, à la prise de conscience de chacun et annonçait la tenue prochaine d’un comité interministériel de la sécurité routière (CISR).
Cet engagement est tenu. Le Premier ministre a réuni autour de lui les ministres les plus concernés pour l’adoption d’un plan d’action interministériel en faveur de la sécurité routière particulièrement ambitieux, qui concernera l’ensemble
des Français, mais aussi les conducteurs étrangers qui empruntent notre réseau routier.
Les grands chapitres de cette nouvelle étape pour la sécurité routière sont au nombre de quatre .
Ils englobent à la fois une plus grande fermeté face à des comportements inacceptables, tout en affirmant une approche nouvelle du déplacement routier, qui doit tenir compte des nouvelles technologies mais aussi répondre aux aspirations légitimes
des Français en matière d’acceptabilité et d’égalité devant la règle.
Ces grands titres du CISR renvoient à 22 mesures fortes, comme
l’augmentation des zones de contrôle avec la présence
aléatoire du radar ou la protection des usagers vulnérables
.À ces 22 mesures principales s’ajoutent
33 mesures complémentaires, essentiellement structurelles et d’organisation,
également validées par le CISR.L’objectif fixé reste bien de descendre en dessous des 2000 tués sur nos routes à l’horizon 2020. Il ne pourra être tenu
que si deux éléments indissociables sont réunis: la responsabilité des conducteurs et l’action déterminée des pouvoirs publics
.
                   FICHIER ENTIER   :           Telecharger le fichier